• sam. Fév 24th, 2024

Paroisse Bon Pasteur : le père Augustin Obrou explique le sens de l’ascension et en dévoile le mystère

Mai 19, 2023

Dans le cadre de la célébration de la fête de l’ascension organisée le jeudi 18 mai 2023 à la paroisse Bon Pasteur de la Riviera 3, le curé de ladite église, le père Augustin Obrou, a dévoilé le mystère de l’ascension et expliqué le sens de la solennité de l’évènement.

Pour le curé de la paroisse Bon pasteur, l’ascension exprime l’exaltation, la glorification de Jésus qui a vécu dans l’humilité. Il est mort dans l’humiliation et  maintenant nous nous réjouissons de la gloire qui est la sienne. « Le Christ part vers son père, notre père, en promettant à ses disciples non pas de les faire venir très bientôt auprès de lui, mais en les renvoyant vers leurs tâches terrestres. Ce, après avoir quitté le ciel, s’être fait incarné, fait homme parmi les hommes, partagé leur joie et peines, ainsi qu’après leur avoir enseigné la voie du seigneur, montrant combien par sa vie sa mort et sa résurrection, Dieu les aime », a situé le père Augustin Obrou. Selon lui, le Christ en procédant ainsi engage ses disciples à faire de leur vie sur terre, un point de départ de l’instauration du royaume de Dieu parmi les hommes. « Désormais, frères et sœurs, le mode de présence de Jésus parmi ses disciples n’est plus physique mais spirituel. Cette présence n’est pas moins efficace, elle est même plus vraie et plus bénéfique car le Christ n’est plus seulement avec nous, mais vit en nous et nous en lui. Il est notre nourriture et son sang circule dans nos veines », a-t-il rassuré.

L’ascension du Seigneur célébrée 40 jours après sa résurrection ouvre le chemin à la venue de l’esprit saint

« Le mystère de l’ascension signifie que Jésus accède auprès du père dans la plénitude de sa gloire, mais cela ne veut pas dire qu’il quitte notre terre. Au contraire, en se libérant des limites d’une présence visible, Jésus inaugure une présence spirituelle qui pénètre notre être et s’étend à tout homme. L’église devient donc le moyen visible et le lieu privilégié de son action dans le monde », a expliqué le N°1 de la paroisse. Il a fait savoir que l’ascension du Seigneur célébrée 40 jours après sa résurrection ouvre le chemin à la venue de l’esprit saint qui sera accueilli dans exactement 10 jours c’est-à-dire à la pentecôte, soit 50 jours après la pâque. A l’en croire, rappelant que le disciple est un homme en mouvement, un missionnaire, pas seulement contemplatif ou nostalgique, le Jésus que l’on célèbre et dont l’on attend le retour miraculeux dans la vie à travers la providence nous fixe un rendez-vous.

C’est en nous et par nous que le Christ veut sauver l’humanité.

Pour l’homme de Dieu, le christ n’est pas au ciel au-delà des nuages, il est vivant dans nos cœurs souvent trop sombres pour le découvrir à cause de notre duplicité. Jésus est également, a-t-il dit, dans nos maisons trop encombrées de statuettes et de canaris. Il est même dans nos lieux de travail et veut faire de nous cette nouvelle terre promise, ses nouveaux temples et ses nouveaux lieux que recherchent nos contemporains désemparés et angoissés. « Frères et sœurs les hommes d’aujourd’hui ne manquent pas d’évangile imprimée ? Notre monde n’a pas besoin de discours. Ce qui manque à notre monde, c’est l’évangile vécu par l’un des leurs, une vie de témoignage. C’est en nous et par nous que le Christ veut sauver l’humanité. Ne lui résistons plus », a exhorté l’enseignant. Il a invité les chrétiens à s’inscrire dans les voies de Dieu, celles, a-t-il insisté, faites de justice d’amour de paix et de vérité. « En cette fête de l’ascension, Jésus veut nous responsabiliser. Nous ne pouvons plus être ces chrétiens hypocrites, aux sourires commerciaux, qui disent et ne font pas. Ces chrétiens qui maltraitent les enfants, à l’image de ces belles-mères méchantes et mauvaises, de ces hommes et femmes qui ne veulent que du mal à leurs frères et sœurs », a interpellé le serviteur de Dieu.

Perez Epée